La depeche.fr

Publié le 18/02/2013 03:49 - Modifié le 18/02/2013 à 09:08

Ajouter un commentaire

Reynerie. Reza n'a pas fait faux bond, il est en retard

Reza lors de son expo en septembre 2012 à Toulouse./Photo DDM. M.V. ()

Reza lors de son expo en septembre 2012 à Toulouse./Photo DDM. M.V.

Après son exposition «Entre Guerres et Paix» sur les bords de Garonne en septembre-octobre 2012, Reza Deghati, le grand reporter-photographe d'origine iranienne revient à Toulouse.

Du 4 au 7 mars il va faire la connaissance de cinquante jeunes du Mirail, de Reynerie et de Bellefontaine âgés de 11 à 17 ans, avec lesquels il va réaliser un travail de reportage tout au long de l'année, sur le thème «Ma Terre, Ma Famille».

Cette aventure photographique qui fédère beaucoup de monde - différents services de la mairie, éducation nationale, artistes, professionnels, entreprises mécènes - a pris du retard. «Les ateliers devaient démarrer en octobre mais pour des raisons d'agendas des uns et des autres, ils ont été retardés. Cela a permis a tout le monde de bien prendre la mesure de la finalité du projet», explique Roselyne Robert, directrice du centre culturel de Reynerie qui accueillera les ateliers photo.

Trois workshops

Reza animera trois «workshops» à Toulouse dont le premier a lieu durant la seconde semaine des vacances de février.

Pendant l'année cinq photographes toulousains encadreront ces jeunes qui ont été «sélectionnés sur leur motivation et leur envie de s'engager sur un travail de plusieurs mois», poursuit Roselyne Robert.

Le public découvrira les reportages des jeunes élèves de Reza pendant le Mois de la photo en septembre.

Trois expos sont programmées. Deux auront lieu dans les médiathèques Cabanis et Grand M et la troisième, plus importante, dans un lieu surprise.

L'implication de ce grand nom de la photo aux côtés d'adolescents du Mirail est présentée comme un des prémices de la Maison de l'Image, un équipement ambitieux de la Ville place Abbal, annoncé pour 2014.

En attendant, Reza parcourt le monde. Son métier a de quoi faire rêver les jeunes.

Cette semaine, en pleine période de carnaval, il est au Brésil.

S.Roux